Véronique Lauvergeat, Hypnothérapeute à Orléans

LA PRATIQUE DE L’HYPNOSE

29/08/18

Depuis la nuit des temps, les civilisations humaines pratiquent la méditation et l’état modifié de conscience pour accéder à des expériences de guérison et de transformation ou accéder à des informations et à des capacités extraordinaires.

On retrouve des traces de ce qui ressemble à l’hypnose thérapeutique dans les écrits de Platon qui relate comment Socrate « accouchait » les esprits et guérissait les maux du corps et de l’âme grâce à la maïeutique, véritable art dans le maniement des mots.

Dans l’Egypte ancienne, des textes montrent comment l’hypnose était pratiquée, ainsi que dans les civilisations précolombiennes telles que les Mayas, les Olmèques et les Toltèques, sans parler des traditions chamaniques ou des pratiques orientales ancestrales et notamment yogiques.

Dans la culture occidentale, l’hypnose s’est heurtée aux croyances religieuses et aux rigidités des pouvoirs en place, peu enclines à accepter les capacités extraordinaires de l’esprit humain. Les expériences d’hypnose ont donc été reléguées au rang des pratiques mystérieuses, voire ésotériques et occultes, teintées de scepticisme et de crainte.

De nos jours, quelques-uns se méfient encore - redoutant de perdre le contrôle et la maîtrise, et souvent convaincus qu’il faut travailler dur et longtemps pour réussir. Hors l’hypnose peut favoriser des transformations extrêmement rapides et profondément pérennes.

À lire : Autohypnose pour les débutants - Patricia d’Angeli